Vincent, Maud. 2007. « La dégradation du débat public : le forum de l’émission “On ne peut pas plaire à tout le monde” », Hermès 47, « Paroles publiques. Communiquer dans la cité », 99-106

Cet article se penche sur la tentative de faire émerger un nouvel espace public, et de créer une culture civique commune, grâce au format participatif des forums internet. C’est l’analyse du forum de « On ne peut pas plaire à tout le monde » qui permet d’interroger la nature de cet espace public et des échanges qui s’y déroulent. Sont examinées dans cette perspective les modalités de l’échange : les types d’intervention et d’argumentaires, ainsi que les procédures langagières. L’essentiel tourne autour de l’affaire de l’humoriste Dieudonné qui, dans l’émission du 1er décembre 2003, dans  ONPP, s’est déguisé en juif orthodoxe et a appelé les jeunes dans les cités à suivre le fondamentalisme sioniste, terminant par un salut hitlérien au cri de « Israël ».

Il s’avère que les interventions, à visée purement expressive, ne tiennent pas compte de la parole de l’autre et utilisent le forum comme un « panneau d’affichage ». La conflictualité et l’incommunication priment aux dépens du dialogue menant au consensus : c’est un « pugilat » où les participants ont recours à la violence verbale, parfois même à l’injure. Dès lors, l’opinion des internautes ne se négocie pas mais s’auto-valide par la lecture d’opinions similaires. Les points de vue antagonistes sur Dieudonné, la politique israélienne, etc., montrent l’émergence de deux collectifs politiques mais aussi ethnico-culturels (solidaires de les communautés arabo-musulmanes ou de la communauté juive). Il en résulte une « bataille rhétorique » des collectifs qui révèle une citoyenneté ambiguë : au nom des mêmes valeurs – humanisme, lutte contre le racisme, etc. – chaque camp stigmatise l’autre en produisant une « intolérance communautaire » et une concurrence victimaire.

Le dispositif du forum favorise ce type de prise de parole : l’anonymat et l’absence de réplique qui caractérisent la communication asynchrone sur Internet permettent de faire fi des convenances et du respect de l’autre, si bien que dans le forum de discussion, la violence et le manque de politesse s’imposent comme une norme langagière et comportementale. Le débat public marqué par un manque de civilité et « une absence de compréhension intersubjective » est défini par l’auteur comme un débat dégradé. On voit dès lors comment un écart se creuse entre l’objectif du forum, qui consiste à permettre la discussion et l’échange, et l’utilisation réelle du forum de discussion comme publicité d’opinions personnelles.

Le discours polémique est ainsi étudié dans les modalités qu’autorise le format du forum de discussion. Destinées à encourager des formes de délibérations citoyennes et des nouveaux modes de participation à la vie politique, ses particularités génèrent en réalité un espace de discussion hautement conflictuel où s’impose une « minorité véhémente ». La parole anonyme des internautes tourne aisément à la violence et l’interaction, loin de générer un véritable dialogue, consolide des collectifs communautaires qui se renforcent en stigmatisant l’autre.

Résumé : Ruth Amossy