Matuszak, Céline. 2007. « Le forum comme lieu de production d’un discours identitaire et mobilisateur : un nouveau terrain pour la confrontation idéologique chez les mouvements politiques marginaux ? », Congrès AFSP, Atelier 8, « La discussion politique en ligne. Enjeux théoriques et interrogations méthodologiques », Toulouse 2007.

http://www.congres-afsp.fr/ateliers/textes/at8matuszak

 

Cette étude se propose d’examiner dans quelle mesure le  forum de discussion électronique, qui permet la publicisation des discours extrémistes et apparaît comme un lieu de confrontation verbale, sert de « nouveau » terrain d’affrontement. Il étudie pour ce faire les forums de discussion de certains groupuscules politiques (extrême droite, anarchistes, etc.). Après avoir inscrit la recherche dans son contexte théorique et analysé les contraintes du genre du forum de discussion, l’auteur analyse une production discursive  polémique, qui s’en prend aux ennemis et engage des combats.

 

Afin d’étudier les « écrits d’écran », le travail se concentre, à l’exemple de celui de Marcoccia, sur le forum en tant qu’outil de communication, de confrontation, et de renforcement identitaire. L’approche combine une analyse socio-linguistique attentive aux conditions de production des discours, et une analyse pragmatique attentive aux interactions. L’auteur identifie d’abord les particularités du forum de discussion en ligne (hybridation de l’oral et de l’écrit,  fabrication d’un vocabulaire par néologismes et détournements, création de rituels partagés,…) qui permettent la création de « communautés politiques virtuelles » partageant des codes communs et une même vision de l’internet et du monde. Ils favorisent de ce fait l’identification idéologique à un groupe politique.

 

En même temps, il faut prendre en compte la double adresse inhérente à ce type d’interaction : un « tu » connu sur le forum ou précédemment, et un « vous » anonyme.  Ce format suscite l’apparition d’acteurs non sollicités,  en transformant le forum en terrain de lutte où se déroulent des confrontations entre ennemis. On voit ainsi le forum se transformer en lieu de provocation discursive. Ainsi, dans le red-forum, on s’accorde sur l’ennemi contre lequel il faut lutter – en l’occurrence le fasciste ; de nombreux discours désignent un tiers menaçant. Le procédé apparaît dans les sites racistes aussi bien qu’anti-racistes. L’usage du pseudonyme entraîne une déresponsabilisation individuelle et pénale qui entraîne souvent des propos violents et des injures, même si ces forums sont modérés et comprennent des mises en garde. Des forums nationalistes comme les Identitaires ou la Nouvelle résistance, qui réaffirment le combat identitaire, interpellent les adversaires politiques pour les critiquer, voire les injurier. Le fait de savoir que le site est visité par les adversaires favorise les provocations entre camps ennemis : le forum devient ainsi le lieu privilégié et visible d’une confrontation des idéologies et des camps politiques opposés qui s’effectue au gré d’une sensible violence verbale.

 

Il constitue cependant un champ de bataille discursif dont, paradoxalement, la parole de l’autre est absente – les représentants du camp ennemi étant exclus. C’est une situation de communication singulière rendue possible par l’Internet, qui combine la communication interpersonnelle et la communication de masse. Le discours polémique s’élabore ainsi à l’intérieur de communautés virtuelles qu’il contribue à souder, sans jamais se confronter directement à l’autre (à l’adversaire) dans les échanges en ligne. La violence sert de moteur à l’activité du groupe et permet aux intervenants qui ne sont pas toujours d’accord entre eux de se rassembler autour de la lutte contre l’ennemi. Il s’agit d’une violence vécue collectivement et à laquelle le forum sert de défouloir, violence tolérée par le modérateur qui veille à maîtriser les débats de fond.

 

Résumé : Ruth Amossy