GELAS, Nadine (1980), « L’hyper-polémique » dans Catherine KERBRAT-ORECCHIONI et al., Le discours polémique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 75-82. (Coll. « Centre de recherches linguistiques et sémiotiques ».)

Approche : analyse du discours

Etude qui cherche à montrer « comment un texte qui ne présente aucun des caractères du discours polémique peut être reçu cependant comme tel » (il s’agit d’un discours de Mitterand). Le déni du polémique et le transfert de celui-ci dans l’implicite rend le texte hyper-polémique dans la mesure où la disqualification de l’adversaire et son éviction du dialogue se fait sous le couvert de la bonne entente. N’étant jamais explicitement nommé, l’adversaire (ici, Michel Rocard) ne peut répliquer qu’en assumant lui-même l’odieux de la polémique.

Résumé par Dominique Garand,

Dans la bibliographie annotée sur le et la polémique, en fin de l’ouvrage : « Etats du Polémique », sous la direction de Annette Hayward et Dominique Garand, Canada, Ed. Nota Bene, 1998.