ANDRES, Bernard (1978), « Pour une grammaire de l’énonciation pamphlétaire », dans COLLECTIF, Etudes littéraires, « Le pamphlet », vol. 11, n° 2 (août), p. 351-372. [Repris avec modifications dans Bernard ANDRES (1990), Ecrire le Québec : de la contrainte à la contrariété. Essai sur la constitution des Lettres, Montréal, XYZ, p. 147-164. (Coll. « Etudes et documents ».)]

Approche : sémiotique greimassienne, schéma de la communication (Jakobson), théorie de l’énonciation (Benveniste).

Cette étude analyse le fonctionnement discursif d’un texte dit pamphlétaire, annoncé et consommé comme tel. Bernard Andrès veut constituer « une grammaire du discours pamphlétaire fondée sur l’analyse prédicative et actantielle des catégories  ‘Je-Tu-Il’ ». Il s’agit, dans un premier temps, de montrer comment le pamphlétaire se définit, ainsi que son mandat, et instaure un contrat de lecture. Dans un deuxième temps, Andrès analyse l’usage connotatif des épithètes et des invectives, ainsi que la surenchère de la fonction phatique. L’étude se conclut sur deux schémas actantiels, celui du « récit de croisade » annoncé par l’annonciateur et celui des structures propres à l’énonciation.

Résumé par Dominique Garand,

Dans la bibliographie annotée sur le et la polémique, en fin de l’ouvrage : « Etats du Polémique », sous la direction de Annette Hayward et Dominique Garand, Canada, Ed. Nota Bene, 1998.